Traducteur en freelance

Peut-on en France être traducteur russo-français sans capacité diplômante ? Par le biais du freelance la réponse est oui. Ce manque de titre universitaire complique l’activité dans ce domaine, n’importe qui peut s’installer traducteur, cela nuit grandement aux professionnels du secteur. Pour éviter cet amalgame mieux vaut se spécialiser c’est-à-dire, travailler dans un domaine précis (traduction technique, traduction juridique, traduction médicale, traduction pharmaceutique, traduction financière, traduction de site web, traduction de presse, transcription audio et vidéo, traduction assermentée, interprétariat). Les gens, sans expérience et sans compétence, ( étudiants en particulier), font de la concurrence en appliquant des tarifs moindre que leurs collègues professionnels, mais dont le devoir de résultat n’est jamais au rendez-vous.
Qu’en est-il du statut juridique ? Pour devenir un traducteur russe-français en France vous devez obtenir une déclaration au Centre de formalité des entreprises ou avoir un statut d’autoentrepreneur ou enfin être associé dans une société spécialisée. Pour obtenir les autorisations nécessaires traduction russe – français ou inversement les démarches administratives sont longues et fastidieuses.
Le freelance, vous permet d’êtres votre propre patron, vous jouissez d’une plus grande liberté dans la gestion de vos horaires et taches, vous organisez votre agenda comme vous le souhaitez et êtes libre d’accepter ou de refuser des commandes.
Cependant , pour rester un traducteur russe français compétitif, il faut se tenir au courant de tout , lire beaucoup, suivre la politique, la culture, connaitre les noms et les prénoms des gens connus ,etc….

Aller à la barre d’outils